Zoom sur la Berlinale 2018 • Keep Contact
Avec une expérience de 10 ans dans le domaine des relations médias et des relations publics Keep Contact vous conseille et vous accompagne de à A à Z dans la diffusion de vos informations.
relations presse, relations presse luxembourg, relations publics, relations publics luxembourg, communication, communication luxembourg, diffusion communiqué de presse, diffusion de communiqué de presse luxembourg, luxembourg, agence de relations presse, relations médias, relations médias luxembourg, photographe, photographie luxembourg, monitoring, médias luxembourg, médias luxembourgeois, veille média, veille publicitaire, partenariat, community management réputation en ligne, made in luxembourg, dudelange, SEO, marketing, events
22712
post-template-default,single,single-post,postid-22712,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive
 

Zoom sur la Berlinale 2018

Zoom sur la Berlinale 2018

La 68e Berlinale, premier grand festival de cinéma de l’année en Europe, s’est ouvert jeudi dans la capitale allemande avec 19 productions qui se disputeront l’Ours d’or remis le 24 février.

 

Voici la liste complète des oeuvres en compétition, avec titre du film, réalisateur et dans certains cas les acteurs du film et le pays de production:

– « 3 jours à Quiberon » de Emily Atef, Allemagne/Autriche/France

– « Season of the Devil » de Lav Diaz, Philippines

– « Damsel » de David et Nathan Zellner, Etats-Unis

– « T’inquiète pas, il n’ira pas loin à pied » de Gus Van Sant, avec Joaquin Phoenix, Etats-Unis

– « Dovlatov » de Alexey German Jr., Russie/Pologne/Serbie

– « Eva » de Benoît Jacquot, avec Isabelle Huppert, France/Belgique

– « Daughter of mine » de Laura Bispuri, Italie/Allemagne/Suisse

– « The Heiresses » de Marcelo Martinessi, Paraguay/Allemagne/Uruguay/Norvège/Brésil/France

-« In the Aisles » de Thomas Stuber, Allemagne

– « L’Ile aux chiens » de Wes Anderson, Grande-Bretagne/Allemagne

– « Khook » de Mani Haghighi, Iran

– « My brother’s name is Robert and he is an idiot » de Philip Gröning, Allemagne/France/Suisse

– « Museum » de Alonso Ruizpalacios, Mexique

– « La prière » de Cédric Kahn, France

– « The Real estate » de Axel Petersen, Suède/Grande-Bretagne

– « Touch me not » de Adina Pintilie, Roumanie/Allemagne/République tchèque/Bulgarie/France

– « Transit » de Christian Petzold, Allemagne/France

 

Cette année, le cinéaste américain Wes Anderson lancera la course pour décrocher l’Ours d’or avec le long-métrage d’animation L’Île aux chiens, où l’on retrouve les voix de Bryan Cranston, Bill Murray, Jeff Goldblum et Greta Gerwig. Le jury du festival est présidé par le réalisateur et compositeur allemand Tom Tykwer (Le Parfum, Cloud Atlas , Lola Rennt). On y retrouve l’actrice belge Cécile de France, la productrice Adele Romanski, la critique du magazine Time Stephanie Zacharek, le compositeur japonais Ryuichi Sakamoto et l’historien espagnol du cinéma Chema Prado.

 

Un Ours honorifique pour Willem Dafoe

L’Ours d’or honorifique sera remis à l’acteur américain Williem Dafoe, qui vient de décrocher sa troisième nomination aux Oscars pour son second rôle dans The Florida Project . Chaque année, ce prix d’honneur récompense l’ensemble de la carrière d’une personnalité ayant marqué le monde du cinéma. Le festival diffusera une large rétrospective de ses films.

 

 

Willem Dafoe. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA.

 

La résonnance #MeToo

La Berlinale est le premier grand festival de cinéma en Europe depuis les accusations d’abus sexuels contre le producteur Harvey Weinstein. Les organisateurs ont promis de promouvoir la diversité, par exemple en présentant quatre films réalisés par des femmes sur les dix-neuf films en compétition.

Le directeur du festival Dieter Kosslick veut également organiser un «forum» pour discuter des «changements concrets» à apporter sur le traitement des femmes dans l’industrie du cinéma, en écho au mouvement #MeToo. Il a indiqué avoir exclu plusieurs films lors de la sélection en raison d’accusations d’abus sexuels lancées contre les réalisateurs, les acteurs ou contre des personnes liées à la production.

Malgré ces précautions, les critiques se multiplient contre les organisateurs qui ont invité le réalisateur Kim Ki-Duk. Une actrice sud-coréenne, sous couvert d’anonymat, a accusé ce dernier de l’avoir giflée et forcée à tourner des scènes de sexe improvisées alors qu’elle travaillait sur son film Moebius. La Berlinale annonce «attendre des informations détaillées».

 

Un festival socialement engagé

La Berlinale a toujours tenu à mettre en avant son engagement social. Cette année, les organisateurs ont prévu un événement à la prison de Tegel, dans le nord de Berlin, où sera projeté pour les détenus le film The Silent Revolution, basé sur une histoire peu connue de manifestations contre le régime communiste de RDA. Le festival offrira également des stages et des billets de cinéma aux dizaines de milliers de demandeurs d’asile arrivés dans la capitale allemande depuis 2015.

 

Le film qui fait polémique avant sa sortie : Inxeba

Le film Inxeba n’est pas encore sorti en Afrique du Sud qu’il y fait déjà scandale. Le long-métrage de John Trengove a été présenté au Festival du film de Sundance en janvier, puis à la Berlinale, en février ; il est sorti en salle dans plusieurs pays (dont la France, en avril, avec le titre Les Initiés).  La sortie officielle est prévue en février 2018.

 

Quelques paroles de critiques :

Le Monde par Thomas Sotinel : (…) le premier long-métrage du Sud-Africain John Trengove laissera une trace profonde dans la mémoire.

Paris Match par Yannick Vely : Cruelle, la fin des «Initiés» met en lumière la solitude des homosexuels en Afrique du Sud, qui doivent vivre leur passion cachée pour ne pas être exclus de la communauté.

Libération par Marcos Uzal : On peut être gêné par la mise en scène un peu trop saccadée de John Trengove, mais son parti pris de filmer caméra à l’épaule en se tenant très près des corps nous fait éprouver physiquement l’aspect à la fois très brutal et oppressant de ces rituels.

Le Nouvel Observateur par François Forestier : Pas de rythme, pas d’énergie, juste une histoire déroulée. Dommage : le sujet méritait de la flamme.

 

No Comments

Post a Comment